Fusion des bookmakers Bwin et Sajoo

Les rumeurs circulaient depuis un mois, et ont été confirmées vendredi dernier. Les bookmakers Bwin et Sajoo fusionnent pour créer un poids lourd du pari sportif en France.

Sajoo possédera 30% de la nouvelle structure qui prend le nom de Bwin.party France. L’objectif d’une telle fusion est de réaliser des économies en réduisant les coûts. La nouvelle entité pourra alors concurrencer BetClic, leader du marché français en parts de marché (40%). Sajoo a aujourd’hui conquis 9% du marché, alors que Bwin en possède 25%, avec d’avantage de renommée internationale.

Cette nouvelle vient confirmer la volonté de croissance de Bwin. L’entreprise autrichienne a déjà fusionné avec Partygaming en début d’année, pour devenir Bwin.party. Pour Norbert Teufelberger, co-diricteur général de Bwin.party, cette fusion « fait sens et nous permettra de renforcer notre position au sein du marché français. Avec la perspective d’un cadre réglementaire plus commercial en 2012, nous sommes impatients de construire une entreprise leader sur le marché avec nos partenaires de longue date ».

Car Sajoo et Bwin ont déjà une histoire en commun. Sajoo est créé en 2010 par le groupe Amaury (L’Equipe, Le Parisien…), avec une participation de Bwin à hauteur de 45%. Dans le même temps, Sajoo acquiert 25% de la filiale Bwin France, et utilise la même plate-forme technique.
La fusion n’est donc une surprise pour personne. Le directeur délégué de Sajoo, Christophe Blot, a même exprimé il y a peu son scepticisme sur la viabilité du marché, « étriqué » et « sélectif ».

Quels changement pour le joueur?

On aurait pu penser que ce rapprochement entraînerait la disparition de la marque Sajoo. Mais il a été confirmé que les deux marques continueront d’exister séparément, sur deux sites distincts. Cette fusion ne devrait donc pas affecter directement le joueur.

Bookmaker

 -  [0] commentaire

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

billets associés

Vous pouvez Ecrire un commentaire, ou laisser un trackback depuis votre propre site.

Laisser un commentaire