Top 5 : les transferts ratés

C’est l’été, les supporters sont à la plage, les joueurs tentent de perdre les kilos en trop gagnés pendant la trêve, et les recruteurs travaillent d’arrache-pied.  A coups de millions d’euros, ils façonnent les dream-teams de demain. Mais il y a un risque. Et le risque, le voici:

.

Lucas (Paranaense -> Rennes)

Rennes peut se targuer d’avoir réalisé le quatrième transfert le plus onéreux de la Ligue 1. Nous sommes en 2000. Le Stade Rennais, sous la houlette de François Pinault, est ambitieux. De l’autre côté de l’Antlantique un attaquant brille sous les couleurs du Paranaense : 48 buts en deux saisons et une comparaison avec Ronaldo.
Rennes fait signer le Brésilien pour 21 millions d’euros alors que Marseille est aussi sur le coup, et la Bretagne s’apprête à vibrer au son de la samba.
Sauf que Lucas n’est pas Ronaldo. Première saison : titulaire en pointe, le Brésilien inscrit … 4 buts.
4 ans et 7 buts plus tard, Lucas signe au FC Tokyo pour 6 millions d’euros. Aïe.

.

Chevtchenko (Milan AC -> Chelsea)

Chevtchenko a longtemps connu la gloire, au Dinamo Kiev au Milan AC. Il inscrit 174 buts en Italie, remporte le Ballon d’Or en 2004, dispute un quart de finale de Coupe du monde en 2006.
Mais la star ukrainienne fait l’erreur de rejoindre Chelsea la même année. Il signe alors son avis de décès. Chevtchenko coûte 45 millions d’euros à Roman Abramovitch, soit le transfert le plus cher de l’histoire de la Premier League.
Pour ce prix là, Andrei regarde surtout jouer ces camarades depuis le banc de touche. Rageant. Il inscrit 9 buts en deux saions de Premier League, avant de retourner au Milan sans plus de résultat.
5 millions d’euros le but, c’est un peu cher.

.

Pierre-André Gignac (Toulouse -> Marseille)

C’est l’histoire d’un homme au succès éphémère. Saison 2008-2009, Dédé Gignac inscrit 24 buts avec Toulouse et décroche le titre de meilleur buteur de Ligue 1. Ni une ni deux, Gignac est appelé en équipe de France et devient le premier joueur issu de la communauté gitane à porter le maillot bleu.
L’histoire aurait du s’arrêter là. La saison suivante, Gignac score trois fois moins. Pas grave, l’OM l’embauche à l’intersaison pour 18 millions d’euros. Sans plus de résultats, 8 buts.
Le natif de Martigues peut encore se rattraper. Mais le temps presse.

.

Kaka (Milan AC -> Real Madrid)

Image de prévisualisation YouTube

Et un deuxième Ballon d’or dans notre Top 5. Le meneur de jeu brésilien est lumineux avec le Milan AC. Il offre la Ligue des Champions au club lombard en 2007 (avec un superbe but en demi-finale à la clé), et devient officiellement le meilleur joueur du monde. Le marché s’affole alors autour de Kaka : Chelsea ira jusqu’à proposer 126 millions d’euros en 2008.
C’est finalement le Real Madrid qui décroche le transfert en 2009, pour 67 millions d’euros.
Mais au sein de la maison blanche, Kaka ne retrouve plus son niveau milanais. Il marque peu, joue mal. Blessé et en méforme, il doit laisser sa place de titulaire à Mesut Özil en 2010. Une cible de choix pour les clubs du Golfe.

.

Les transferts exotiques du PSG (Amérique du sud -> Paris)

Image de prévisualisation YouTube

Les transferts ratés du Paris Saint Germain pourrait faire office d’un Top 10 ou 20 à eux seuls.

Oublions les Semak et autre Anelka, intéressons nous à l’Amérique du Sud, source inestimable de dépenses inutiles.
Au palmarès du ridicule, il convient de mentionner Everton, arrivé au club en 2008. Le milieu offensif se compare immédiatement à Robinho. ll en gagnera le surnom de Jean-Claude Robignaud. Il foulera finalement 3 fois la pelouse du Parc des Princes.
Autre Brésilien, Reinaldo est un symbole du Paris de Vahid Halilodzic. L’attaquant ressemble plus à un stoppeur de NFL qu’à un renard des surfaces.
Cristian Rodriguez nous vient lui d’Uruguay. Milieu offensif de poche, ce Lionel Messi du pauvre arrive dans la capitale en 2005. Il est l’un des artisans de la période dorée du PSG, qui frôle la relégation en 2007.
Ces glorieuses recrues ont probablement plus mouillé le maillot en boîte de nuit que sur le terrain.

.

.

Retrouvez les pronostics de nos experts et pariez football grâce à wincomparator.

Sports

 -  [0] commentaire

Mots-clefs :

billets associés

  • No Related Post

Vous pouvez Ecrire un commentaire, ou laisser un trackback depuis votre propre site.

Laisser un commentaire