La Coupe du Monde 2014 en approche

Le compte à rebours est lancé, la Coupe du Monde 2014 qui se déroulera du 12 juin au 13 juillet prochain sera la 20ème édition, depuis la toute première organisée en 1930 en Uruguay. C’est bien entendu le Brésil qui a raflé la mise et il s’agira de la 2ème CDM sur son territoire, après celle de 1950. Les brésiliens qui ne l’ont plus remportée depuis 2002     auront à coeur de créer l’exploit devant leur public. La fête autour de la compétition s’annonce prometteuse même si certaines anciennes gloires à l’image de Romario ne manquent pas de souligner que cette Coupe du Monde ne sera pas celle de tous les brésiliens, étant donné le prix excessif des billets totalement hors de portée du brésilien moyen. La peur des stades à moitié vides reste d’actualité et il s’agirait d’une très mauvaise image propulsée sur les Télévisions du Monde entier.

La compétition n’a pas encore commencé qu’elle fait déjà polémique, en effet, le coût de construction des stades reste indécent (plusieurs milliards de dollars) et le malaise grandit au sein d’une population qui se sent lésée par de tels investissements. On parle d’un coût de 50 dollars pour chaque brésilien. Quand on connait le faible niveau de vie de la majorité des brésiliens, il y a en effet de quoi s’indigner. L’histoire semble se répéter puisque l’organisation de la Coupe du Monde en Afrique du Sud en 2010 avait soulevé les mêmes polémiques. A savoir des investissements énormes pour une compétition sportive alors que les populations vivant sous le seuil de pauvreté sont légions dans des pays certes en croissance, mais où les richesses sont loin d’être partagées par tous.

De plus, le coût réel des travaux semble avoir été minimisé puisque par exemple, le prix de la rénovation du stade du Maracana (stade brésilien mythique) a été revu à la hausse (du simple au double) par rapport au devis initial. Quid des profits pour un pays comme le Brésil? La FIFA devrait en effet récolter environ 4 milliard de recettes, mais on ne parle pas ici des bénéfices réels qui reviendront à l’économie de ce pays émergent. Espérons en tous cas que la colère grandissante du peuple brésilien s’apaise d’ici le début de la compétition afin que le sport prime, même si l’addition risque d’être difficile à avaler pour une population qui n’a pas vraiment besoin de ça. Nous éviterons de parler de la corruption qui touche tout le pays, et qui devrait être présente à tous les stades de l’organisation, au plus grand dam de la population locale.

Pour terminer sur une touche plus optimiste, le bonheur de tout un peuple est entre les mains ou plutôt les pieds de la Seleçao qui partira comme grande favorite de la compétition, même si l’Espagne semble davantage armée pour remporter sa deuxième Coupe du Monde d’affilée. En cas de succès des jaune et bleu, la liesse populaire devrait rapidement effacer le mécontentement pour un fête nationale qui devrait rappeler aux français la victoire en 1998, qui avait permis à tout un pays de s’unir et d’oublier ses problèmes et  différences pendant quelques temps…

Coupe du Monde 2014

 -  [0] commentaire

Mots-clefs :

billets associés

  • No Related Post

Vous pouvez Ecrire un commentaire, ou laisser un trackback depuis votre propre site.

Laisser un commentaire