Etat des lieux du marché des jeux en ligne : bilan trimestriel juillet-aout-septembre 2011.

L’ARJEL vient de publier sur son site le bilan trimestriel sur la situation du marché des jeux d’argent en ligne en France.

Afin de vous faire un résumé des plus complets de ce rapport, voici quelques points importants sur lesquels nous avons souhaité nous attarder.

L’activité du marché :

En ce qui concerne le 3ème trimestre 2011, les chiffres sont plutôt bons puisqu’une augmentation de 16% du produit brut des jeux est enregistrée par rapport au trimestre précédent. Seul bémol, malgré cette augmentation, cela représente une baisse de 24% par rapport à l’activité du troisième trimestre 2010. De plus, si augmentation il y a au troisième trimestre 2011, celle-ci est également faussée par le fait que le taux de retour au joueurs est passé de 83% à 80% (par rapport à Avril-Mai-Juin), ce qui a fortement gonflé le produit brut des jeux, qui autrefois était donc handicapé par un taux de retour aux joueurs qui leur était plus favorable.

A noter que 53% du total des mises est généré par 1% des joueurs, ce qui signifie que sans une minorité de « gros » joueurs, le marché ne serait pas ce qu’il est.

Le marché français comptabilise 1,1 millions de compte joueurs actifs au 3ème trimestre 2011.

Les sports favoris des parieurs :

Bien entendu, le sport préféré des parieurs français n’est autre que le football qui rassemble plus de la moitié des paris effectués en France (52%), le tennis n’est pas en reste puisqu’il représente tout de même 29% des paris sportifs. En 3ème position, on retrouve le Basket (6%), puis le rugby qui a connu un boom avec la Coupe du Monde (4%). En revanche, le volley (3%) et le handball (2%) ne représentent qu’une partie infime des paris en 2011. Tous les autres sports sur lesquels il est autorisé de parier ne représentent que 4% du total des paris.

Top et Flop de l’année 2011 :

Top : Le plus grand Top est à mettre au crédit des paris hippiques qui ne cessent d’augmenter depuis l’ouverture du marché à la concurrence en juin 2010. En effet, le produit brut des jeux dit « Turf » est encore plus important que lors de l’ouverture du marché, et les turfistes ont tendance à rajeunir puisque la part des parieurs de 18 à 35 ans dans ce domaine est en constante augmentation.

Autre Top, au niveau du poker, même si le cash game reste loin devant, les tournois de poker attirent de plus en plus de monde avec une hausse de 89% des droits d’entrée par rapport à l’année 2010.

Enfin, le Mondial de Rugby et l’Euro Basket ont attiré les mises, et ces évènements ont été un véritable plus pour les opérateurs.

Flop : Au niveau du Flop, on ne peut que souligner une recrudescence du montant des paris illégaux pratiqués sur des sites qui ne possèdent pas de licence de l’ARJEL. Quand on sait que les plus gros joueurs sont justement ceux qui vont parier sur des sites non agréés (car plus attractifs au niveau des cotes ou des Prize Pool), et que justement 1% des joueurs français représentent plus de la moitié des paris pris en France, on ne peut que constater le manque à gagner gigantesque pour l’Etat Français et les opérateurs lorsque les plus gros consommateurs de paris sportifs fuient les sites en .fr.

Profil du parieur français :

Le profil type du parieur français est un homme de moins de 35 ans, plutôt citadin, qui mise en moyenne 74€ par mois dans les paris sportifs, poker et Turf. Les plus de 65 ans restent tout de même les plus dépensiers avec près de 400€ par mois, mais ils ne représentent qu’une petite partie des joueurs.

Enfin, on constate que 10% des parieurs parient via leurs mobiles, et c’est afin de répondre à une augmentation des paris sur mobile que les opérateurs ont sorti ces dernières semaines de nombreuses applications pour jouer sur iPhone, Android, etc…

Stratégie des bookmakers français :

De manière générale, les dépenses en publicité ont été considérablement réduites en 2011, elles sont passées de 90 millions d’euros au troisième trimestre 2010, à 38 millions ce trimestre. Les sites agréés ont concentré leurs dépenses marketing sur les bonus offerts aux joueurs, un levier qui se révèle très efficace pour attirer de nouveaux joueurs.

News

 -  [0] commentaire

Mots-clefs : , ,

billets associés

Vous pouvez Ecrire un commentaire, ou laisser un trackback depuis votre propre site.

Laisser un commentaire